Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Hervé Mosquit webwriter premium222 vues

Adélaïde Créé le: 15.09.2019, édité le: 15.09.2019

Il faisait chaud, étouffant presque. Malgré l’altitude, il n’ y avait, ce jour-là, aucun souffle, pas la moindre petite brise. Eole était aux abonnés absents et n’avait apparemment aucune intention de tempérer le cagnard ambiant. On était presque à fin mai. Les pluies des jours précédents avaient rendu le terrain spongieux et l’humidité du sol contrastait avec la canicule de l’instant.

Cela faisait bientôt trois heures que Joseph marchait. Le chemin était pentu, le sol caillouteux et son souffle court. Ses vingt ans de tabagisme se payaient comptant à chaque pas même s’il était persuadé que cette marche difficile en constituait un antidote efficace depuis que son médecin lui avait enjoint de continuer à marcher régulièrement.

Les champs alentour, saturés de liquide, peinaient à déglutir leur eau. Une eau brunâtre coulait sur le sentier et s’échappait dans le lacis de ruisselets qui se formaient sur les bas côtés, vers la forêt.Il essayait de ne pas quitter le chemin pédestre. Les rares fois où il s’était aventuré à le faire, il avait peiné à retirer ses chaussures qui ne s’étaient finalement et péniblement extirpées de cette gangue de boue qu’avec un horrible bruit de succion. Ces borborygmes glougloutants, déclenchés par la traction verticale de ses pieds cherchant à se libérer, avaient engendré au tréfond de son être la peur viscérale d’obscures forces chtoniennes, ces monstres souterrains et infernaux de la mythologie grecque, tentant de l’aspirer dans les sombres entrailles de la terre.
Page 1 sur 21 0 commentaire 1 2 3 ... 19 20 21
r