Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Eloïz webwriter premium231 vues

Créé le: 08.09.2019, édité le: 08.09.2019

C’est un après-midi de printemps et la ville respire calmement. De la fenêtre du salon, Louise regarde passer la foule. Une femme traîne le pas, perdue dans ses pensées. Trois enfants se disputent sous l’œil lourd de leur père. Un couple à peine adulte tangue, doigts enlacés, ivre de lui-même. Des hommes se croisent sans un regard. Ou en regardant trop. Des femmes, qui parlent, s’arrêtent, repartent, sourient. Des yeux ronds, des bras longs, des jambes fortes ou fines. Des formes, des couleurs, des mouvements. Louise passe des heures à contempler ce ballet infini.

- Tu n’en as pas marre de rester postée à cette fenêtre ?

Dans la voix de sa mère, les tonalités familières : impatience, déception, incompréhension. Une fois de plus, Louise ne répondra pas à cette question. Elle est bien devant sa fenêtre. Mais sa mère ne le comprend pas et l’inévitable arrive.

- Va faire un tour Louise ! Je t’en prie, va prendre l’air, ça te fera du bien. Tu m’angoisses à rester plantée là !

Elle obéit à sa mère, faute de savoir quoi répliquer. Pourquoi aime-t-elle tellement regarder ces inconnus sans les approcher ? Pourquoi la fenêtre du salon et non pas celle de sa chambre ? Pourquoi faudrait-il qu’elle se mêle à cette foule ? Ne peut-elle pas l’aimer à sa façon ? Silencieusement. De loin.
Page 1 sur 15 0 commentaire 1 2 3 ... 13 14 15
r