Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Hervé Mosquit webwriter premium255 vues

“Au coin de l’ordinaire” chapitre 3 Créé le: 01.07.2019, édité le: 01.07.2019

L’événement le plus important de mon hospitalisation resta cependant la rencontre de mes trois voisins de chambre.

A ma gauche, la tête enveloppée dans un pansement qui lui donnait un petit air d’œuf de Pâques, se trouvait Pietro, la quarantaine rugissante, teint mat et cheveux noirs coupés courts. Pietro était inspecteur de police et se remettait lentement de la malencontreuse rencontre de son crâne avec un manche de pioche lors de l’arrestation mouvementée d’un dealer de coke. Pourtant, ce genre d’action n’appartenait pas aux habitudes de Pietro qui avait été « prêté » pour la circonstance à la brigade des stupéfiants. Son quotidien, c’était la brigade des mineurs. Ses activités étaient la prévention et le traitement de la petite délinquance ainsi que la chasse aux pédophiles et autres malfaisants prédateurs de l’innocence.
Pietro, par ailleurs, était veuf et père d’un garçon et de deux filles âgés de dix, douze et quatorze ans. Le décès de son épouse, fauchée il y a cinq ans sur un passage piéton, lui avait laissé une rancune tenace contre tous ces enragés du bitume qui compensent dans la vitesse ce qui leur manque dans la tête, le cœur et la culotte. Avec l’aide de sa sœur célibataire, il s’organisait non sans mal pour concilier sa vie de père et son métier de flic qu’il définissait lui-même à la fois comme un enfer et une passion à forte dépendance.Par le plus grand des hasard, il habitait une ancienne maison d’un village voisin du mien.

Sa vie sentimentale venait de prendre, depuis quelques mois, un nouveau tournant avec la rencontre d’une jeune journaliste venue faire une enquête sur le stress professionnel dans la police.
Page 1 sur 9 0 commentaire 1 2 3 ... 7 8 9
r