Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Duncan Idaho webwriter premium433 vues

Créé le: 16.06.2019, édité le: 16.06.2019

La semaine dernière, mon chat, Cohiba, un petit rouquin malicieux, toujours plus prompt à sortir ses griffes qu’à les maintenir à l’abri, m’a ramené une souris sur le coup de minuit. Dehors, les criquets chantaient leur sérénade, la nuit était lourde, étouffante. 
L’esprit déjà bien embrumé par une journée de travail harassante, j’étais dans mon lit, un livre à la main, sur le point de basculer dans le monde des rêves, quand soudain, j’entendis ce petit monstre passer la trappe de la chatière, puis renâcler, et jouer avec ce que je pris tout d’abord pour l’une de ses souris factice. 
Bien mal m’en pris, puisque quelques secondes plus tard, ce petit coquin avait déposé au pied de mon lit une petite chose qui émettait quelques couinements plaintifs. 
Ni une ni deux, je me suis levé, non pas par peur, mais plutôt mû par une sorte de dégoût, car je savais comment cela se terminait généralement. Enfin, comment Cohiba les finissait. 
On m’a toujours apprit que les félins ramenaient des petits animaux vivants aux gens qui les nourrissaient, en guise de remerciements. A y penser, personne, à part mon chat, ne m’a jamais offert un cadeau pour le bouffer ensuite.
Bref, je me suis dis à ce moment-là qu’il allait, comme à son habitude, la gober jusqu’à la queue et que ça m’éviterait de courir après le petit rongeur dans toute la maison. 
Pour ne pas le vexer, j’ai flatté Cohiba d’une caresse, et lui ait dit : 
- C’est bien mon vieux. Merci !
Il m’a adressé un dos rond et fait quelques cercles autour de mes jambes tout en gardant un œil perçant sur la petite souris, qui effrayée, s’était réfugiée contre une plinthe.
Son petit corps se soulevait au rythme de son cœur battant la chamade, qui bientôt, se transformerait
Page 1 sur 8 0 commentaire 1 2 3 ... 6 7 8
r