Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2019 Jacques Defondval webwriter premium118 vues

Enroulements - 3 Créé le: 27.03.2019, édité le: 27.03.2019

Martha Vanek, Violoncelliste faisant partie de l’orchestre et compagne de Eri Alliksaar : 
Eri était un homme aérien. J’entends par là que tout ce qu’il abordait, il pouvait l’appréhender avec une certaine hauteur, un recul d’altitude que lui seul pouvait prendre. Cette faculté donnait à sa vision un point de vue sans précédent et hors du commun. C’était un funambule en perpétuel équilibre sur le fil qui reliait ses univers. Depuis le moment de son hospitalisation, il avait la certitude de tenir entre ses mains les moyens de pouvoir composer le chemin. Celui qui nous est caché à tous et qui nous ramène à notre origine au-delà de notre naissance à cette vie. Il disait que nous étions tous capables de suivre cette trace et de là, atteindre notre propre dimension. Eri a dessiné et structuré cette voie encore dissimulée à travers les harmonies de sa musique. Il soutenait que quiconque était sensible à l’idée d’un univers intérieur existant pouvait, en écoutant « Enroulement », recréer son propre chemin et accéder à cet espace. « Enroulement » a été conçu dans ce but, pour être le pont qui passe le fil d’une frontière.
Après ce concert du douze septembre, Eri s’est montré de plus en plus irrationnel. Il restait des journées et des nuits entières enfermé dans la bibliothèque, sa pièce de musique. Je l’entendais jouer sans relâche des fragments de « Enroulement ». Il ne mangeait pratiquement plus et quand je me permettais enfin d’aller le déranger, il levait sur moi un regard brillant de joie fiévreuse avant de me dire : « C’est prodigieux ! »
Puis un jour ce fut le silence. Le piano était resté muet depuis plus d’une heure et je m’étais inquiétée. Quand j’entrais dans la bibliothèque, la pièce était vide. Je le sus instantanément, Eri était parti.
Page 1 sur 4 0 commentaire 1 2 3 4
r