Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2018 Hervé Mosquit webwriter premium77 vues

Isidro chapitre 9 Créé le: 29.10.2018, édité le: 29.10.2018

Le lendemain, J’émergeai brusquement d’une nuit réparatrice en constatant que mon épouse était absente. Après un moment d’étonnement, je me rappelai qu’elle devait amener nos enfants en ville et véhiculer une voisine chez le médecin. Cette dernière ne pouvait conduire, s’étant malencontreusement cassé la jambe en dégringolant d’une échelle alors qu’elle ramassait ses prunes.

J’allais toquer à la chambre d’amis et réveillai Isidore qui dormait encore du sommeil du juste. Je lui rappelai sa promesse de m’accompagner aux champignons après, il va de soi, un petit-déjeûner qui ne manquerait pas de le revigorer afin de pouvoir poursuivre son récit qui m’avait, il est vrai, fort intéressé et dont j’avais hâte de connaître la suite.

Trente minutes plus tard, muni de deux sacs de toile et d’un couteau suisse chacun, nous étions en marche vers la montagne boisée toute proche, à la sortie du village. Isidore m’avait emprunté une paire de souliers de marche : je ne voulais pas risquer de le voir se tordre, ou pire, se casser la cheville en crapahutant dans les « béquets » ( fortes pentes) avec ses petites baskets.


Il y avait eu une belle sortie de chanterelles, ou girolles selon que l’on soit en suisse romande ou dans le midi, et, cerise sur le gâteau, nous découvrîmes même trois fort jolis ceps. Cela nous encouragea à couper dans la forêt et affronter une forte pente plutôt que de suivre le chemin, moins pentu et plus reposant peut-être, mais moins habité d’un généreux mycélium. C’est donc un peu essoufflé qu’il reprit son récit, ne l’interrompant que pour me signaler ses trouvailles fongiques.
Page 1 sur 18 0 commentaire 1 2 3 ... 16 17 18
r