Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Scribaland webwriter premium5473 vues

Quelle muse m’a piqué ce matin? Créé le: 26.09.2012, édité le: 26.09.2012

Sur les plus belles montagnes de la planète, par une belle matinée ensoleillée d’un début d’Automne, alors qu’un léger vent balayait les quelque feuilles mortes qui trônaient sur la grande allée centrale fleurie, le soleil, frondeur et triomphant, dominait ce matin d’automne. Ce dernier éclairait les plus longs pics des montagnes et ses rayons réchauffaient et adoucissaient l’atmosphère. On sentait que quelque chose d’important se préparait.
Le ciel, débarrassé de nuages, resplendissait d’un bleu éclatant et électrisant et se reflétait dans les profondeurs infinies du grand lac d’à côté.
Plusieurs groupes d’oiseaux, classés par espèces, sillonnaient le ciel bleu éclatant et électrisant, de long à large. Les plus talentueux d’entre eux, entonnaient des chants mélodieux, d’autres parcouraient seulement le ciel et faisaient parfois des haltes, en se posant sur les arbres, quelque peu dégarnis. Ensuite, ils reprenaient leur périple céleste, au dessus de la grande prairie. Au milieu de la prairie, se dressait, dans un enclos protégé, un grand feu composé de bougies à peine consumées, et exposé aux regards de tous. Un peu plus loin, se dressait une longue et imposante table-autel, recouverte d’une longue nappe tressée et ornée de fils d’or. Au milieu de cette belle table-autel, on pouvait trouver le grand livre des neuf arts importants et de la connaissance. Près de ce livre, trônaient neuf anneaux et neuf baguettes, le tout en or. Chaque anneau et chaque baguette, représentait un art particulier, une activité artistique. En bout de table, neuf chasubles blanches ornées de fils d’or étaient posées là, les unes à côté des autres avec neuf couronnes de lauriers d’or. Autour de la table, il y avait de belles décorations florales et odorantes qui s’étendaient le long du tapis qui traversait la prairie et disparaissait derrière des arbrisseaux. Tout était prêt pour la grande cérémonie. Peu à peu, la prairie se remplissait d’un public hétéroclite et intergénérationnel.
Page 1 sur 6 0 commentaire 1 2 3 4 5 6
r