Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2018 Chantal Girard webwriter premium135 vues

Une lettre Créé le: 21.08.2018, édité le: 24.08.2018

Suivant ton conseil, j’ai entrepris de faire le ménage… dans ma tête !

Armée d’un chiffon imaginaire et d’un balai (peut-être magique… sait-on jamais !) j’ai attaqué les grands nettoyages. J’avoue qu’il était temps : les pièces de mon appartement intérieur se révélèrent encombrées de mille choses dont la plupart n’avait pas - ou plus - de raison d’être. Aussi ai-je fait le tri. Ce ne fut pas une mince affaire…

Tu sais, lorsque l’on vit tant d’années avec un cœur trop sensible et qui plus est, ne ferme pas à clé, on laisse entrer - sans même s’en apercevoir parfois - une foule de choses inutiles qui, petit à petit, encombrent l’univers intérieur et assombrissent les idées. On ne devrait pas, évidemment, laisser sa porte ouverte à tout venant, mais quand on est un peu naïve comme je le suis (… de temps en temps encore !) on ne se méfie pas. On croit volontiers que “tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil” aussi, dans ces conditions, on laisse entrer chez soi n’importe qui, toute sorte de gens : des paumés, des éclopés, des profiteurs, des beaux parleurs et bien d’autres encore. On ne s’aperçoit de leurs travers, voire même de leurs laideurs, que lorsqu’ils sont installés… 

Alors , bien sûr,  tenter de les déloger ne se fait pas sans laisser de traces… Longtemps après leur passage on retrouve encore par-ci, par-là, leurs empruntes qui, hélas, souvent sont tenaces. Le temps, malgré ce que l’on dit, n’efface pas toujours tout. Il nous apprend seulement à nous méfier de tout.  Comme c’est dommage…
Page 1 sur 3 0 commentaire 1 2 3
r