Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2018 André Birse webwriter premium727 vues

Ceux-là (inutile perfection de la vacuité) Créé le: 30.03.2018, édité le: 31.03.2018

Il tient des propos ébouriffants, scandaleux, assis dans ce lieu. Du transgressif, du déplaisant, au feu l’amour, à lui le sexe, graveleuses obsessions. Vu de dos, son pas paraissait peser sur les suivants. Il en sortait. Je suis entré. Cet autre qui en fait trop à sa table. Regard vide tendu vers, pour et contre le lien continûment; justification de sa présence à la recherche d’un autre le validant. Le troisième arrivera et je m’appliquerai à ne pas lui prêter attention. Attention à soi. Les exubérances de ce trio reconstitué assombrissent ces heures d’arrachement à l’hiver. Je disparais. A l’abri des regards. Billes en tête au souvenir des premières indifférences.

En relation, il y a toujours un incident qui vient, un autre qui attend. Les feux de la rampe éclairent mon strapontin. Je dois avoir tenu un propos, peut-être l’ai-je crié. Les mains abandonnées, le regard aurait dû comme un rideau être baissé. Il m’a semblé avoir quelque chose à dire qui ait pu faire autorité. Manquait un public. Etais-je seul dans la salle ? Perdu mon billet d’entrée, ramassé ma raison. Calfeutré dans un noir vieillissant, j’attendais la séance. Eux, les deux, sont venus, se sont glissés dans les rangées. Longtemps que je ne les avais pas vus. Nous étions dans une salle, théâtre ou cinéma, dans mon imagination. Indifférence des silhouettes, renvoi à l’ombre, corps maîtrisé, émotions périmées.

Il n’y avait rien à l’écran, aucun acteur non plus qui fût apparu. Un silence délétère me rappelant je ne sais qui. Tombé sur un ami au visage perché dans une ultime obscurité, j’ai cherché à l’entendre parler, m’y suis essayé. C’était très réussi, en aparté, assommant brouhaha des monologues.
Page 1 sur 8 0 commentaire 1 2 3 ... 6 7 8
r