Array ( [0] => 8 [1] => 1 )

Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler
Array ( [0] => 8 [1] => 1 )

© 2018 André Birse webwriter premium653 vues

Vagues retours du souvenir des vagues Créé le: 24.02.2018, édité le: 24.02.2018

Sur la côte ligurienne, constance des falaises dans l’esprit mûri. Puis au cinéma, la frontière passée, le sud de la France, ère promise. Poursuivi, par l’Espagne, jusqu’à Valence, Alicante puis plus loin, beaucoup plus loin, novembre au chaud, l’Andalousie, j’ai marché près des vagues, pierres mouvantes et sables persistants. Toujours une dernière fois, Albufeira. Le regard portait, luisants morceaux d’avenir, vers cette colline qui surgit de partout. Je devais y revenir. Nous avons hésité. L’entente ne fut jamais parfaite. La voiture redémarre dans le film. La mer parle à beaucoup d’entre nous restés silencieux devant elle. Ce n’est plus l’heure de partir. 

Un discours azuréens en soi, qui souvent revient. Une promesse inattendue, des hauteurs inaccomplies. L’arrière-pays niçois ne m’aurait pas pris pour cible, je le comprends en chacun de mes refuges. Il eût été question. Rien n’est à refaire. Je suis celui-là qui se perd, peu importe le siècle. Un hôtel, réticences des persiennes, jusqu’à Carpentras, la nuit. Arles hurlait l’envie des retours tranquilles, les noms, les lignes, les roches, les vignes. La route en embuscade, longiligne, interminable, Milan-San Remo, cœurs d’enfants, volonté d’épanouissement. Des histoires, des artistes, le glorieux père de Pagnol. A un virage près, j’étais sur les lieux de l’affaire Dominici. Me suis sentis en danger. Des histoires de marchés, de piscine, crimes et lieux d’amour, pour un temps. Espaces de retour, espoirs en partance. Au loin les collines rouges, et le soir, un tour à deux, dans les secrets coutumiers d’un vallon que creusent l’amour et l’ombre réunis. Enfin.
Page 1 sur 2 0 commentaire 1 2
r