Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2018 Mouche webwriter premium869 vues

Chauffe-phare - page 1 Créé le: 10.01.2018, édité le: 10.01.2018

Longtemps l’île s’est assoupie de bonne heure.

Nous la voyions, lascive, s’estomper progressivement sous l’assaut des voiles bleu-gris du couchant. Juste avant de disparaître, tel un œil pulsant dans la noirceur nocturne, son phare s’allumait, timidement d’abord, soupirant incertain du destin que sa belle lui infligerait, puis s’affirmant par gradations successives ; il exigeait son droit à tout voir, à tout savoir.

Enfant, convaincue de son omniscience, je craignais son apparition baladeuse : allait-il divulguer mes menues fredaines ? À l’adolescence, un sentiment neuf s’empara de moi et souvent je sursautai sous la voix acariâtre de ma mère : « Tu regardes encore ce phare ?! Il ne partira pas, va ! »

Comment lui expliquer mon trouble ? Je vivais alors les premiers dialogues internes,
les frissons de l’intrigue et de la fascination pour le manche, la branche, le totem, le phare enfin, symbole masculin dans toute sa splendeur sibylline. Fièrement brandie sur les rondeurs de la colline, sa turgescence me provoquait des ardeurs inconnues qui me maintenaient en une incandescente fièvre. Son regard intermittent perçait mes vêtements pour caresser ma peau, sa puissance stimulait chacune de mes fibres : cette île au phare m’attirait comme un fruit illicite – donc tentant. Je me jurai de l’offrir un jour à mon corps.
Page 1 sur 2 1 commentaire 1 2
r