Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Asphodèle webwriter premium114 vues

Survival Jean-Pierre Créé le: 29.11.2017, édité le: 29.11.2017


Il commence par le végétarisme. Ça lui réussit bien, même si au début c’est un peu dur de se passer de viande. D’ailleurs, il reste flexitarien pendant quelques mois, se permettant une ou deux entorses par-ci, par-là. Une fois le pas franchi définitivement, c’est comme se sevrer de l’alcool ou d’une drogue, l’envie est toujours présente, lancinante, prête à surgir et à ravager toutes les résolutions. Une bonne entrecôte saignante avec juste ce qu’il faut de gras pour lui donner sa saveur incomparable, rien que d’y penser, il a l’eau à la bouche. Mais cet instant Pavlov ne dure pas. Quand il réfléchit à ce qu’il y a derrière, l’exploitation animale, l’élevage dans des conditions intolérables, la marche vers l’abattoir et le meurtre pur et simple du pauvre bovidé, l’appétit se tarit et le dégoût lui tord les boyaux.

Au bout de plusieurs semaines de ce régime, il constate une diminution de ses réserves. C’est vrai qu’avec le temps, il avait développé une bouée généreuse et la voir fondre lui procure satisfaction et fierté. Il se remet au sport, pour ne pas gaspiller cette énergie nouvelle qui fourmille en lui. Il se sent mieux dans son corps plus sain, son esprit ravivé, sa réactivité acérée. Les autres aussi le remarquent. On le complimente sur sa perte de poids, on lui dit que ça lui va bien. Il aime ça. Les femmes se mettent à le regarder différemment, à le voir, tout simplement. Avant, elles ne s’intéressaient que très peu à lui, sauf si elles avaient besoin d’une épaule sur laquelle pleurer. Il faisait un bon coussin de réconfort, c’est vrai, mais il préfère le nouvel intérêt qu’elles lui portent. Et il en profite.
Page 1 sur 7 0 commentaire 1 2 3 ... 5 6 7
r