Insérer un lien

Choisissez l'histoire et la page vers laquelle vous souhaitez faire pointer le lien

Insérer Annuler

© 2017 Pierre de lune webwriter premium396 vues

Créé le: 12.06.2017, édité le: 12.06.2017

J’arrive dans la salle d’audience par l’entrée des artistes, les pieds nus, éraflés dans mes godasses. Je me demande comment ce serait, le contact du tapis rouge des célébrités sur ma peau.

Les bavardages s’arrêtent, suspendus dans la poussière lumineuse de la grande salle.

Des pupilles baladeuses de voyeurs s’insinuent sous mes vêtements rêches de tôlard, comme des insectes avides de sang et de peaux mortes. Et je ne peux pas repousser leurs attouchements infects, me soustraire aux fantasmes qu’ils projettent sur moi à travers la pièce, ces espèces de tisseuses de toile mortifère. Je ne suis pas du bon côté des gradins.

Alors, rideau. Je ferme les yeux. Et je me souviens.

                                                                                                                   ***

Il fait noir, mais je n’ai pas peur.
Minuscule cosmonaute en rotation, j’effleure, je rentre en collision, je rebondis sur les parois de mon cocon. Tout est douceur dans cette capsule qui me protège du monde extérieur.
Mes capteurs cutanés cueillent chaque contact et l’épinglent dans mon herbier sensoriel.


Page 1 sur 11 1 commentaire 1 2 3 ... 9 10 11
r